BAPTISTE-MARREY

incertain regard – N°18 – Eté 2019

Les tapuscrits sont publiés tels que Baptiste-Marrey nous les avait confiés en décembre 2018.

Tombes ouvertes et cimetière d’ombre
rêveries corses sur la mort et la vertu

Sénèque fut relégué dans une île
demi-barbare, la Corse
Paul Veyne

1.
Sénèque / Lucius Annaeus Seneca
de l’an 41 à l’an 49 après Jésus
déjà philosophe / déjà milliardaire
fut exilé par l’Empereur Claude pour intrigues avec une Princesse / impériale
et dévergondée

Huit lentes années de disgrâce à Aleria
sur la rive est / plate et fiévreuse de la Corse
Même les Corses ont oublié / aujourd’hui
cette rencontre entre deux mondes qui s’ignorent
et / bientôt / s’affrontent
Tibère est le contemporain de Jésus
Sénèque / celui de Paul de Tarse
que le frère de Sénèque condamne à Athènes

2.
Le dieu est près de toi / Il est avec toi /
Il est en toi

Sénèque / Lettre 4

A quoi Jean répond en Palestine
« L’Esprit / l’Eau et le Sang / rendent témoignage
et ces trois sont un »
Mais jusqu’à ce jour-là / le dieu est l’Empereur et ses légions romaines
L’Empereur et son genius sont divinisés / de la Perse à l’Irlande
au cœur de chaque foyer / de chaque domus
Dans l’enceinte sacrée du Temple de Jérusalem
bientôt voué à la démolition
est dressée la statue géante de Zeus Olympien
bientôt vouée à la démolition
L’Antique / inaltérable / vacille
Un Juif / fou / inconnu
se prétendant fils de Dieu
prêche par énigmes et surprenantes paraboles
pour n’être pas entendu de l’occupant romain
ni des Juifs orthodoxes / sourds à sa scandaleuse morale
qui enseigne / pacifiste anarchiste / que « le Royaume n’est pas de ce monde »
Jésus / entouré de va-nu-pieds illettrés / poursuivi à coups de pierres / de
villages en synagogues
ne sait où poser sa tête pour dormir
sa parole est sa seule arme

Quelque chose manque à ceux qui possèdent tout / notera Sénèque / plus tard

3.
Auguste Imperator fit construire à Aleria un port de commerce prospère
et l’étang de Diane aux huîtres renommées
Le philosophe s’était juré de n’en point goûter
par ascétisme stoïque – déjà chrétien ?

Les peuplades paysannes furent refoulées dans leurs montagnes
ou réduites en esclavage

A Aleria / une cave viticole / gérée par des Pieds-Noirs
fut attaquée / par un commando nationaliste / armé de fusils de chasse
Plusieurs morts / et un incendie qui crépite encore…

4.
Faut-il s’entêter ? Prolonger ce supplice inutile
ou capituler (avec dignité)
« J’irai à Rome pour voir ses triomphes de mes yeux
soit Auguste constate que je suis innocent, soit il décide que je dois l’être »
Un philosophe n’est pas obligé de rester philosophe en toutes circonstances

Sénèque capitula / et de retour enfin à Rome
par la bienveillance d’Agrippine / devint à la demande impériale / le précepteur
de NÉRON
lequel à trente ans périt / poignardé / sur son ordre
par un de ses affranchis / dans les faubourgs de Rome
Fin pasolinienne

5.

De la simple présence d’une
grande âme résulte pour nous
un progrès
Sénèque / Lettre

Auparavant / il prit à Sénèque la fantaisie / un matin / de renoncer à la riche
voiture convenant à son rang et à sa fortune / et de se rendre / de sa villa à
Naples dans une simple charrette de paysans / accompagné de trois esclaves
et d’un muletier sans chaussures
La honte d’avoir été vu dans ce pitoyable équipage
le tenailla longtemps
Etre philosophe n’est pas une sinécure
Que dit un philosophe à son esclave agenouillé à ses pieds
les bras liés / par une corde / torsadée dans son dos
Un vaincu
Le fait-il tondre / et suspendre à sa chevelure à un arbre du bois sacré
en offrande aux dieux / selon la coutume romaine
Quels dieux
Tu t’étonnes qu’un homme ait accès chez les dieux
Le dieu descend chez les hommes / il descend en eux

Nous serions donc égaux / osa l’esclave

L’étang de Diane / le soir / et son eau rosée par le soleil couchant
La baignoire du Patricien et son eau rougie par le sang
de celui qui vient de se trancher les veines des jambes et des jarrets
sur ordre du Tyran
désormais affranchi de son Précepteur
La ciguë est l’arme ultime des philosophes

« La mort affranchit l’esclave malgré son maître
La mort soulage les captifs de leurs chaînes
La mort ouvre leur prison à ceux qu’un pouvoir inflexible les y maintenait »

Sénèque / Consolation à Marcia

6. Renoncements
Essais vains de transposer d’anciens voyages à ce pays que je ne connais pas
Où je peine à imaginer la pompe et la solidité romaines
comme Prosper Mérimée / mon illustre prédécesseur
Lui, vit en 1839 sur une montagne escarpée du Cap Corse
la légendaire Tour de Sénèque / déjà fort dégradée

Nul théâtre / nul histrion / dans les centaines de lettres conservées /
Etre riche rend-il sage ? Et même courageux /
Ainsi songe Monsieur l’Inspecteur descendant à cheval
vers la côte opposée à la Tour / jusqu’à Aleria où « la fièvre attend
immanquablement quiconque s’aviserait d’y passer la nuit »

Je ne suis pas allé à Aleria
Je n’irai pas à Aleria
J’en ai imaginé parfois les couchers de soleil
Une dégustation d’huîtres en un cabanon solitaire / mon Mérimée à portée de
main
Rêver d’Aleria / renoncer à Aleria
Vieillir / c’est abandonner des projets / vivre de souvenirs et de rêveries
alourdies du lent / peut-être fatal / assoupissement
halluciné d’images étrangement colorées / celles d’Aleria / le soir
quand le sable / le ciel et la mer / se confondent à l’horizon
Est-ce une nuit qui finit / un jour qui commence
l’aube d’un monde nouveau
Celui en train de naître / ignoré des légions et des dieux
de l’autre côté de la mer

Pâques 2010
Après lecture des Lettres à Lucilius
(2016 et 2017 – révision juillet 2018)

 

Note
Ces « rêveries corses » sont nées d’un court séjour non loin des Sanguinaires, de la lecture des œuvres de Sénèque (et notamment des Lettres à Lucilius) traduites et présentées par Paul Veyne (R. Laffont, Bouquins, 2000) et des Notes de Voyages de Prosper Mérimée (Hachette, 1971), premier Inspecteur des Monuments Historiques, patron du corps glorieux des Inspecteurs Généraux de ce qui sera un jour le Ministère de la Culture.