CANUT Jacques

Jacques Canut

 

Jacques Canut est né à Auch en 1930 où il a enseigné les Lettres et l’histoire durant trente ans. Il a publié une centaine de recueils et plaquettes depuis 1975.

Poète bilingue qui écrit en langue française et espagnole, Jacques Canut a été édité dans de multiples revues notamment en Amérique Latine. Ses textes sont présents dans plusieurs manuels scolaires (Lagarde et Michard, Bordas, Magnard, Hachette, L’École des Loisirs…). Édité aux Éditions le dé bleu, Verlag Im Wald, La bartavelle ou Traces, Jacques Canut fait paraître ses textes, depuis 1993, dans les Carnets confidentiels qu’il auto-édite.

Poèmes inédits extraits de Ombres et reflets :

Lire la suite

Je marche sur les premiers jours

de l’année tel un funambule.

Quel équilibre trouver

pour affronter cette somme

de dates et questions

qui s’imposent à nous ?

 

 

***

 

On cherche à magnifier

la condition humaine.

 

Le bonheur chante

la folie hurle.

 

Ne pas imposer la démence

de ses élucubrations.

 

 

***

 

 

Visage ; il n’apprend que ce que le regard

à travers miroir est capable de discerner.

 

La main ; une ombre suspendue

au-dessus des yeux

virant au rose

dès que lumière la transperce.

 

 

***

 

Au jardin, l’acacia jaunit

comme touché

par la charmeuse déliquescence

d’une pièce de Tchekhov.

 

L’automne diffuse une lumière

qui n’est pas d’espoir

mais conviction en un retour

de l’espoir.

 

 

***

 

 

Des livres qui partent

au delà du mirage.

Au détour d’une page

la primevère, le « primerêve »

d’un sourire.

 

Tout jeu est mystère.

Poète

pour tenter de sauver

quelque étoile.

 

——————-

 

Ces poèmes sont extraits de Sortilèges, Carnets confidentiels 8.

 

 

Bougie. Sa flamme tremble;
de froid.

Je brûle l’insomnie
à écrire.

Tant de poètes m’avaient découragé
de la poésie.

Rajeunir la langue
retrouver la fraîcheur
de l’éternité?

L ‘art le plus subtil
traite la raison
avec légèreté.

 

 

 

Rien ne change. Hors les modes, les saisons;
qui se répètent.

Les feuillages distillent
les dernières lueurs
de l’été.

L ‘automne escalade
le coteau ; vignes , érables
vocifèrent.

Un camion-citerne arrive d’Angleterre
ruisselant de pluies.

 

Bibliographie :

 

Les derniers sapins dans la brume     Éditions le dé bleu

Le grillon bleu                                   Éditions Verlag Im Wald (Bilingue all/fra -gravure de Heinz Stein)

Sabliers                                             Éditions Verlag Im Wald (Trilingue all/fra/Esp)

Parades                                             Édition de La Bartavelle

Plumes de Pan                                  Éditions Traces

Courts-Circuits                                 Éditions Traces

Imagies                                             Éditions Clapas

Récréations                                       Carnets confidentiels – 16

Instantanés                                        Carnets confidentiels – 15 Bilingue Port/ fra

Stigmates                                           Carnets confidentiels – 14

Le jardin d’en face                             Carnets confidentiels – 13 Bilingue Port/ fra

Jeu de rôles                                       Carnets confidentiels – 12

Ô Sierras ! Ô Plateaux !                     Carnets confidentiels – 11 Bilingue Port/ fra

Sortilèges                                           Carnets confidentiels – 8

incertain regard – N° 17 – Hiver 2018

Carte blanche à Hervé Martin

Jacques Canut

Poèmes :

Lire la suite

Sans exaltation, se contenter d’exister ?

Vieillir si profondément
à ne pas se reconnaître ?

L’esprit qui stagne
quand tout devenir disparaît,
tournoyer dans le ciel
tel un vol de pigeons
n’ayant d’autre horizon
à explorer.
L’instant passe comme on le cueille :
fleur à la bouche.
Ou au fusil ?

Donner des leçons pour souligner
ses propres lacunes ?

Avec le tact de ne pas abuser
de ses qualités.

Il passe de la fantaisie au sérieux
(et réciproquement)
avec sagesse.

Poèmes extraits de Dualités, Carnets confidentiels N°50 (2017)

 

Photo.
Ce beau jeune homme souriant,
et une élégante personne
qui serait sa compagne ?
Un couple qui souligne
si loin de moi, mais avec tendresse,
le degré de mon âge.

Je déclinais entre vieillesse,
solitude, émois, amertume…
Mais les élèves d’un collège
(ô Soleil de… Gennevilliers !)
me sollicitent pour tenter
l’aventure d’un nouveau livre.
Étourdissante quête.
Trouverai-je les mots qui acceptent
de traduire clairement,
fidèlement,
impressions, sentiments, idées,
évasion
qu’on espère de moi ?

Poèmes extraits de Claires-voies, éditions Pour solde de tous contes (2018)

 

Palencia (Capitale)

Río Carrión, promenades Salon, Jardinillos.
Séjours savourés
lors de plusieurs décennies de mon existence,
ouvrant saluts et accolades
pour des amitiés sincères et durablement
partagées.

Évoquant des faits inoubliables
des voix enchantées et douloureuses
parcourent le campo infini.

À l’ouest, par les soirées lumineuses,
le soleil embrase une sierra
méditative : couleurs et hymnes
célèbrent l’adieu
du jour.

Poèmes extraits de Alcancia Tirelire, éditions Calamo (2018)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *