CONORT Benoît

Benoît Conort

 

Poèmes extraits de

cette vie est la nôtre

Éditions Champ Vallon
F 01420 Seyssel

 

c’est toujours les enfants qui tombent dans les piscines

les rivières celui-là

tout habillé tout ligoté il est tombé bien sûr on a dû le

pousser

le diable pour savoir qui ça bataille ferme dans les media

tout le monde participe au match on ouvre les paris

depuis longtemps oublié

le petit corps ruisselant d’eau rigide quand on l’a sorti

de l’eau

on l’a oublié depuis longtemps oublié l’intéressant c’est

les vivants le papier qu’on peut gratter

les enfants c’est pas grave on peut en faire

à la douzaine il suffit d’arrêter la pilule où calcule spon-

­tanément

le moment le plus favorable ça vient tout seul l’amour

ça se débite naturellement c’est une denrée

avant on disait de la chair à canon mais de nos jours dans

nos contrées les canons c’est juste pour les défilés

dans nos contrées les canons on se juche dessus les soirs

de grande victoire dans les grands stades les canons ils

sont ailleurs

ils tirent ailleurs les canons dans des pays où de toute façon

les enfants s’ils meurent c’est d’autre chose c’était déjà avant

la guerre de faim de maladie

dans des pays où les enfants c’est pas grave ils en font

tant ils ne font que ça

les enfants à la pelle ils les font et c’est à la pelle qu’ils les

enterrent

plus tard c’est à la pelle qu’ils creusent

fosses communes en lieux communs si communs ils

tombent ensemble

de machettes en bombes ils tombent c’est beau un

enfant qui tombe

en tombeau commun on y pense puis on oublie

 

 

 

envoi

un peu de terre sur si petites chairs un peu de terre il

suffit de si peu pour recouvrir ces corps si peu pour

oublier

un jour une main

toute petite de la terre

a dépassé une main s’est tendue s’est repliée une main a

pleuré toutes les larmes de son corps une main a replié

ses doigts une main est devenue poing une main a

pleuré sans larme ni sang une main a gémi

frères humains qui après nous vivez le croirez-vous

tous ces mouvements de pelle ils ne résonnent pas sur les

chairs dévorées

frères humains ne nous pardonnez pas

nous n’avons nulle excuse qui après nous vivez

même si le remords c’est toujours la femme tondue et le

vain cœur et c’est l’enfant tombé

sur le chemin de jungle c’est l’enfant mutilé au creux

d’une vallée de mosquées en églises de temples en syna-

­gogues c’est l’enfance violée

dans les bras du vieil art on l’appelle la guerre

 

in cette vie est la nôtre © Edition Champ Vallon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *