GRASSET Bernard

incertain regard – N°14 – Mai 2017

Carte blanche à Hervé Martin

Bernard Grasset

Poèmes

                  Fleuve de lumières cachées,
Landes du pays blessé,
Le voyageur s’attarde au seuil des nuages.

(extrait de Palimpseste)

 

          Il y a un arbre automnal
Une fontaine solitaire
Un chemin vespéral

Il y avait l’enfance – il y aura le silence

          Il y a un visage aimé
Un jardin oublié
Une main de lumière.

(extrait de Saisons d’exil)

 

Fenêtre des présences
Des chemins bleus coulent
Entre la terre et le ciel.

Qui se tient là invisible ?

Des contrées brunes
Où habitent les hommes perdus.

Automne et printemps.

A la fenêtre du matin
Reviennent les feuillages,
Promesse du silence.¹

¹ Sur un collage de Ghislaine Lejard, mai 2013.

 

                 Des fleurs rouges aux fruits rouges. Verts, jaunes, bleu – gris. Formes géométriques. Damier des heures. En blanc et noir. Quelques taches bleues. Le regard rêve les couleurs. Vif éclat d’une silencieuse parole. Sentier de rouge présence. Des mots s’écrivent comme une énigme. Traits, signes, symboles. Qui s’aventure au pays des couleurs ? Un oiseau bleu se pose sur le fruit brun à l’orée de l’enfance.²

² Sur le tableau Fleurs et fruits d’Isaure.