GUILLEMIN Claudine

incertain regard – N° 16 – Eté 2018

Maroc nord-oriental

Nous sommes sans nouvelles du gardien de phare
Sa menthe, les olives, le fromage au miel
Nous sommes sans nouvelles du bakal de Nador
Du marchand de coriandre à farcir les sardines
Des filles qui chantent la jarre sur la tête
Près des plages fossiles au Cap des Trois Fourches
Dans l’odeur des figues, du vent doux sous les pins

Nous sommes sans nouvelles de ceux d’Kariat Arkmane
Les épaves rouillées remplacent les flamands
Nous sommes sans nouvelles des fellahs de Ben Tieb
Falags à sec, badlands, terrasses démolies
Nous sommes sans nouvelles des pêcheurs sans barque
La mer mange la côte, le sable gagne aussi
Mirador, barbelés, c’est le lot des migrants

Et pourtant
Présents là en mémoire ou ombres sous les toiles
Rien n’effacera le goût de ce temps-là.

D’après le poème Sans nouvelles de Jean Mogin