MERCIER Thérèse

Thérèse Mercier

 

 

J’erre dans le vent

lent

roulant les feuilles

d’automne

tourbillonnant

Je suis de pluie

J’oublie

les brûlures des étés

J’essuie

les gouttes d’amour

que sème le temps

qui s’étonne longtemps.

 

J’erre longtemps

dans le vent

J’oublie

la pluie

Je sème les feuilles

Je rouie l’automne

Je brûle le temps

J’essuie les larmes d’été.

 

Je suis de vent

Je suis de pluie

Je tourbillonne

Je feuille

Je vent

Le lent vent de pluie de feuilles

brûlées d’été du temps

qui s’étonne longtemps.

 

Je suis le vent

 

 

 

HIVER  DE  LUMIERE

Donnez-nous
Des matins  frileux
Des ciels  molletonnés
Des arbres argentés.

Donnez-nous
Des flocons légers
Des bois engourdis
Des  pas sur la neige
Des silences blancs
Des oiseaux  perdus.

Donnez-nous
Des  brouillards  givrants
Des  bises  qui pincent
Des vents  qui  vous fouettent.

Donnez-nous
Une main amie
De  chaudes paroles
La  complicité.

Donnez-nous
Des nuits étoilées
Des ombres bleutées
Et l’immensité.

Donnez-nous
Des bains de lumière
Pour toute une vie.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *