PADELLEC Lydia (1)

Lydia  Padellec

 

 

À Thomas  Dalle

 

Je suis dans

 

la choucroute

 

jusqu’au            cou, et

ma cervelle          ramollie

s’est transformée en

purée de                    brocoli

 

 

À Gérard  Noiret  

 

Intrépide, je me suis cachée
sous la coquille
d’un escargot
aimable, mon compagnon m’a
fait une petite place
bien gluante…

Le croyez-vous?

 

 

 

Apothéose

 

Les oiseaux            se ruent

dans l’atmosphère,

pour s’abriter des
jets caillouteux

du volcan humain.

Moi, je m’amuse
à casser  la lune
pour en faire des        étoiles
Et toi, tu sautes
de toit en toit
pour en dérober
quelques unes        au vol des
hirondelles        brunes et
pâles qui

rient

sur un accent

 

slovaque.

 

 

 

 

Là-bas,

le tam-tam incandescent s’amuse
à frapper des mains        sur la peau
de chèvre amère.

Là-bas,

 

L’horizon s’amuse à      cligner de l’oeil
et les corps fondent comme de
la glace au soleil.

Là-bas,

 

il n’y a pas de    fleurs…
mais des yeux
qui louchent
et des oreilles    grandes
comme des      montagnes
africaines.

 

 

 

Le parapluie est un mollusque
céphalopode qui s’ouvre et se referme
ses tentacules sont là pour vous saisir
ou peut-être
pour un avenir gastronome
vous
lui servirez de
repas cru.

 

______

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *