VON NEFF Eric

Erich von Neff

 

Peinture sur aluminium

Belinda n’est pas vraiment un profil de face
C’est une roue d’horlogerie
Une recherche d’équilibre entre dilution et chaos
Le statu quo actif est réalisé
Par une batterie complexe de facteurs
Des contours tourmentés aux fossés qui la creusent

Jonglez s’il vous chante avec les concepts de mouvement et de  pause

Ou mettez un terme
Au calembour visuel de ce métal jaune
Animé d’un éclair rotatif
Tout a priori serait impertinent
Avec ces mots qu’il ne faut pas prendre à la lettre

 

 

 

 

Les ongles verts

Dans la chambre pavée de miroirs
En compagnie de la prostituée aux ongles verts
Les réflexions de nos corps
Nous suivaient en séquences fragmentées

Carrés réfléchissants
Empilés, disposés côte-à-côte, renversés, réorganisés
Déploiements de nos mouvements en sueur
Ordonnées, puis dérangées versions de nous-mêmes
Des pieds, des seins, des têtes, des ongles verts….

Dans la chambre pavée de miroirs
Arrangements artistiques et grotesques
De spasmes en convulsions
Encadrés et recadrés
En compagnie de la prostituée aux ongles verts

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *